Métis’Arte vous propose dans le cadre d’une tournée de Métis’Arte Argentine en Suisse romande autour du thème de l’art interculturel vers une culture non patriarcale :

  • 26-27 janvier 2019 (de 13h à 18h) Stage intensif de Danse-Théâtre « les énergies féminines et masculines dans la composition d’un corps dramatique ». Animé par Andres Oviedo (Comédien, performeur et danseur de Cordoba, Argentine)
  • 9-10 février 2019 (de 13h à 18h) Atelier-laboratoire de Théâtre Social axé sur les questions de genre. Réfléchir et problématiser sur les identités de genre dans différents contextes à la recherche de similitudes et de différences entre cultures. Animé par Diego Vallarino (animateur de théâtre formé dans le Théâtre de l’Opprimé, metteur en scène et réalisateur de films de Cordoba, Argentine)

Lieu commun aux deux propositions :                  Centre socioculturel Pôle Sud de Lausanne

                                                                                          Av. J.-J. Mercier 3 – Lausanne

Prix :        180.- CHF (2 jours x 5 heures) pour les Lausannois.es

                  220.- CHF (2 jours x 5 heures) pour les Non-lausannois.es

Inscriptions et infos :             Whatsapp/ tél.      076 402 36 15

                                                      E-Mail.                      contact@metisarte.org

 

Destinataires :       public large, jeunes et adultes, tout genre LGBTQI, professionnel.le.s et étudiant.e.s en arts de la scène et dans le domaine social et éducatif, groupes actifs autour des questions de genre, communautés d’immigré.e.s liées à Métis’Arte et associations partenaires.

 

Infos supplémentaires :        langue de l’atelier français.

                                                      certificat d’assistance octroyé à la fin

Descriptif :

  • L’objectif de l’atelier de Danse-Théâtre est de développer la capacité de composition dramatique

basée sur la gestion des tensions et des énergies féminines et masculines. Nous prenons de la danse balinaise les concepts keras (fort, vigoureux, dur) et manis (délicat, doux, tendre) pour le travail des tensions corporelles. L’atelier est organisé par étapes de travail individuel et de groupe; les deux sont juxtaposés à différents moments.

Au niveau individuel, différents aspects corporels seront travaillés: l’écoute du corps et la reconnaissance du tonus corporel, l’état de repos, le travail sur les trois couches: peau, chair et os. Cette étape cherche à reconnaître une danse propre et une corporalité spécifique. La formation visera à éveiller un corps poétique et composite, sensible à l’environnement et à la création.

Dans la phase de groupe, la composition plastique-spatiale sera travaillée sur la base de la socialisation des danses individuelles. A travers des improvisations, des situations dramatiques seront construites, travaillant avec le lien des énergies féminines et masculines pour construire le rythme et la tension dramatique. Le sens apparaîtra à partir de la trame des actions et des images et sera capturé par le coordinateur, qui est le premier spectateur, mettant en valeur le récit collectif. Les imaginaires individuels seront joués et un imaginaire collectif et diversifié sera composé. À la fin de l’atelier, on tentera de rendre les résultats créatifs accessibles au public.

 

  • L’Atelier-laboratoire de Théâtre Social axé sur les questions de genre consiste en une exploration de moyens de communication, visant une transformation personnelle et sociale. Pour ce faire, un travail particulier est effectué sur la capacité d’expression, sur la connaissance de soi et sur le travail collectif, dans le but de favoriser les prises de conscience. Concrètement, ce stage explore des jeux et des dynamiques développant l’expression et l’échange. Il aborde les notions de base du théâtre social, nécessaires pour maîtriser le travail de la mise en scène, de la création collective afin de réaliser des mises en scènes et des performances.

Sur l’approche genre : le genre remue au plus profond de nous les questions liées à l’appartenance à une identité sexuelle, à la société actuelle qui impose une manière de concevoir les rapports masculin-féminin. L’atelier se concentre sur justement l’influence de la société sur nos codes de conduite, nos représentations sociales du Genre, sur notre identitéS, sur notre vie quotidienne. De manière générale, les notions de plaisir, de participation active sont privilégiées.

L’atelier proposera des outils qui pourront être utilisés dans différents espaces (sociaux, éducatifs, artistiques, récréatifs, etc.) ou viendront simplement alimenter le thème et stimuler une réflexion sur les question de genre et la créativité de chacun.e.

 

Animation :

Andres Oviedo (Córdoba, Argentine, 1990)

Diplômé de théâtre de l’Université nationale de Córdoba (2009-2016). Danseur-acteur au sein de la compagnie municipale de Danza-Teatro de la ville de Cordoba, de 2010 à ce jour. Dans les compagnies indépendantes suivantes : interprète “Cuerpo Grotesco “ (2015 à ce jour), interprète « Les hauts et les bas Constant Motion » Danse contemporaine (2016 à ce jour), entre autres. Coordination collective de l’atelier de théâtre “Too Tem Blu”, centre culturel Villa el Libertador (2011-2014). Membre de la compagnie “Circo en Acción”, Rio Cuarto, Córdoba (2006-2008).

Diego Vallarino (Patagonie, Argentine, 1973)

Pédagogue théâtral, metteur en scène, éducateur populaire et cinéaste. Co-auteur du livre Métissage d’Humanités (un pont entre l’art et le social) Ed.Métis’Arte 2015. Post-grade en Dramaturgie à l’UNIL, Suisse. Diplomé en cinéma documentaire contemporain de l’Université nationale de Córdoba. A suivi des formations avec Augusto Boal parmi d’autres. A créé et joué dans plus d’une trentaine de spectacles et de pièces de théâtre sur les thèmes principalement liés à l’intégration interculturelle, la prévention du racisme, la prévention des violences sexuelles faites aux femmes, les nouvelles masculinités, avec des partenaires institutionnels, associatifs de divers pays (Suisse, Espagne, Colombie, Argentine, Guatemala, Nicaragua). Réalisateur des films « Patagonia 40/70 » (2016) et « Casa Jacarandá (alma pater) » (2018)

 

Share This